Soutien à court terme, mais défis à plus long terme

TITRES OBLIGATAIRES

RÉSUMÉ EN 5 POINTS DE CET ARTICLE

1

2

3

4

5

L'évolution des conditions pourrait entraîner une hausse des primes de terme

L'intervention des pouvoirs publics favorisera la liquidité

Les valorisations actuelles rendent le haut rendement en euros attrayant

Les émissions de titres de créance des marchés émergents libellés en devises fortes semblent sous-évaluées

Les banques centrales assument une lourde responsabilité dans la gestion des attentes

Bien que la situation économique demeure fragile, les marchés obligataires ont été soutenus par les politiques des banques centrales et les mesures de relance des pouvoirs publics. L'environnement devrait présenter des opportunités, mais il restera difficile pour les investisseurs.

Les investisseurs obligataires sont généralement rémunérés pour la prise de risque liée à la détention d'obligations à échéance plus lointaine sous la forme de primes de terme. Cela reflète le fait que l'inflation influe sur la valeur réelle des flux de trésorerie futurs et que l'attrait relatif de ces flux de trésorerie dépend des futurs taux d'intérêt. Les primes de terme sont généralement plus élevées lorsque la situation future en termes d'emploi et d'inflation est incertaine. Mais actuellement, les investisseurs ne sont pas rémunérés pour la détention d'obligations à échéance plus longue, les primes de terme se situant à des niveaux historiquement bas.

Les investisseurs soucieux de se protéger contre la hausse de l'inflation peuvent investir dans des obligations indexées sur l'inflation, appelées « linkers ». Ces titres sont principalement émis par des États souverains et sont indexés sur l'inflation, de sorte que les remboursements du capital et des intérêts varient à la hausse comme à la baisse en fonction du taux d'inflation.

Avec la chute des attentes en matière d'inflation, les linkers ont de plus en plus sous-performé les obligations d'État non indexées sur l'inflation. L'ampleur de cette sous-performance reflète l'opinion selon laquelle une hausse significative de l'inflation est peu probable.

Nous pensons que les attentes en matière d'inflation sont trop faibles et que l'inflation devrait augmenter de façon modérée pour atteindre un niveau acceptable. La hausse des attentes en matière d'inflation entraînera un retour des primes de terme, reflétant le risque supplémentaire assumé par les investisseurs détenant des obligations à long terme et l'augmentation de la performance relative des obligations indexées sur l'inflation.

L'évolution des conditions pourrait entraîner une hausse des primes de terme

1

L'intervention des pouvoirs publics favorisera la liquidité

2

Les obligations d'entreprises ont tendance à offrir des rendements plus élevés que les obligations d'État car elles sont généralement plus risquées. Les entreprises qui les émettent sont susceptibles de faire faillite et de ne pas rembourser leurs dettes. La liquidité est un autre aspect qui préoccupe les investisseurs obligataires depuis quelques années, beaucoup s'inquiétant de savoir s'ils pourront acheter et vendre leurs titres si les conditions de marché se dégradent.

Durant la crise actuelle, le manque de liquidité et les spreads ont atteint des niveaux inégalés depuis la crise financière mondiale, ce qui laisse entrevoir un taux de défaut similaire à celui observé à l’époque.

Toutefois, les banques centrales sont intervenues pour rassurer les marchés, et leurs programmes d'achat d'actifs ont réduit le risque de défaut et amélioré les conditions de liquidité. Les dernières émissions d'obligations d'entreprises ont été bien accueillies par les investisseurs, ce qui laisse penser que le crédit reste attrayant.

Nous pensons que les entreprises européennes continueront de bénéficier des mesures de soutien de la Banque centrale européenne. Celles-ci prévoient notamment le report du versement des dividendes et l'assouplissement des exigences de fonds propres pour le secteur financier. Ces mesures devraient également profiter aux sociétés non financières en leur facilitant l’octroi de prêts.

Les valorisations actuelles rendent le haut rendement en euros attrayant

3

Les spreads des obligations à haut rendement se sont considérablement creusés depuis le début de la pandémie de coronavirus, les investisseurs ayant réorienté leurs portefeuilles pour passer des actifs à haut risque à des actifs plus sûrs. Les agences de notation ont également rétrogradé de nombreuses entreprises, ce qui a porté préjudice à l'ensemble des emprunteurs, et aux plus faibles en particulier.

Toutefois, les faiblesses du marché des titres à haut rendement sont susceptibles d'être en partie compensées par les mesures de soutien des autorités et des banques centrales. Bien que les perspectives économiques restent incertaines, les niveaux de valorisation actuels indiquent que cette période pourrait constituer un point d'entrée intéressant pour les investisseurs en quête de titres sélectifs à haut rendement.

Le haut rendement offre notamment la possibilité d'investir dans une optique durable. Un certain nombre de fonds cherchent à améliorer leurs performances d'investissement en identifiant les émetteurs dont les pratiques sociales et environnementales tendent à s'améliorer. Ils estiment qu'une amélioration de ces facteurs renforcera les fondamentaux du crédit.

Certains fonds visent à accélérer la tendance à l'amélioration sociale et environnementale en s'engageant auprès de leurs émetteurs pour promouvoir un changement positif conforme à des cadres mesurables, comme les Objectifs de développement durable des Nations Unies.

Les émissions de titres de créance des marchés émergents libellés en devises fortes semblent sous-évaluées

4

Au regard de plusieurs indicateurs de valeur, la dette souveraine des marchés émergents libellée en devises fortes semble attrayante. Les spreads se sont creusés pour atteindre des niveaux extrêmes, impliquant un taux de défaut cumulé que nous estimons beaucoup trop élevé. L'effet conjugué de la baisse des prix du pétrole et de la vigueur du dollar US devrait faiblir dans le courant de l'année, ce qui renforcera les performances.

Ce marché diversifié continue de s'étendre et les indices de référence comptent aujourd'hui 74 pays contre 27 en 2000. Cette diversification contribue à réduire le risque pour les investisseurs, et un nombre croissant de fonds spécialisés offrent une exposition à ces marchés.

En cette période de faiblesse record des rendements obligataires sur les marchés développés, nous pensons que la dette des marchés émergents peut offrir des performances plus attrayantes que les autres actifs obligataires à moyen et long terme. Les fonds qui intègrent les facteurs ESG dans leurs décisions d'investissement devraient selon nous enregistrer les meilleures performances, notamment s'ils veillent à ce que des normes de gouvernance élevées soient appliquées dans les pays dans lesquels ils investissent.

Les banques centrales assument une lourde responsabilité dans la gestion des attentes

5

Les banques centrales du monde entier sont intervenues pour soutenir les mesures prises par les pouvoirs publics afin de stimuler leurs économies dans le sillage du confinement lié au Covid-19. Parallèlement à la baisse des taux d'intérêt, elles ont accru leurs programmes d'achat d'actifs pour soutenir le fonctionnement efficace des marchés financiers. Cette intervention a été plus rapide et plus importante que lors de la crise financière.

Bien que nous n'anticipions pas une telle décision à court terme, il est important d'examiner ce qui se passera lorsque les banques centrales réduiront leur soutien. De toute évidence, les rendements obligataires augmenteront avec le recul de la demande, et la volatilité se renforcera. En Europe, les obligations d'État émises par les pays qui ont le plus bénéficié des mesures de soutien seront les plus menacées, à savoir les pays périphériques et l'Allemagne.

Lorsque les banques centrales décideront que le moment est venu de mettre un terme à leurs programmes d'achat d'actifs, elles devront communiquer clairement leurs intentions pour éviter de perturber les marchés. Les courbes de taux devraient s'aplatir, les obligations à court terme sous-performant lorsque la conjoncture économique finira par s'améliorer et que les taux d'intérêt commenceront à augmenter progressivement.

TITRES OBLIGATAIRES

02

Pour une vie plus enrichissante,
selon le sens que vous lui donnez.

Le présent document a été préparé par Quintet Private Bank (Europe) S.A. Les déclarations et opinions exprimées dans ce document (fondées sur des informations provenant de sources jugées fiables) sont celles de Quintet Private Bank (Europe) à la date de rédaction (20 Juin 2020) et sont susceptibles d'être modifiées. Ce document est de nature générale et ne doit en aucun cas être assimilé à un conseil en investissement, d'ordre juridique, fiscal ou comptable. Aucun conseil d'investissement personnalisé n'est fourni dans ce document et les décisions d'investissement ne doivent en aucun cas se fonder sur les seules informations et données qui y figurent. Il est rappelé aux investisseurs que les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs et que la valeur des investissements peut évoluer à la hausse comme à la baisse. La valeur des investissements sous-jacents peut également évoluer à la hausse comme à la baisse en raison des fluctuations de change.

Copyright © Quintet Private Bank (Europe) S.A. 2020. Tous droits réservés.  Privacy Statement


Prime de terme des obligations à 10 ans mesurée par le modèle AMC

Source : Réserve fédérale de New York

Les investisseurs ne sont pas rémunérés pour la prise de risque liée aux futures
politiques des banques centrales, aux chocs inflationnistes et aux chocs de croissance

Spreads de la dette souveraine des pays émergents

Source: Bloomberg

Bps

Les spreads de la dette souveraine des pays émergents impliquent un taux de
défaut trop élevé compte tenu de notre scénario de référence

Les spreads de crédit reflètent l'évaluation par le marché du risque de crédit des obligations

Source: Quintet, Bloomberg

Au cours des trois derniers mois, la liquidité a représenté une part
singulièrement élevée du risque lié aux obligations Investment Grade,
mesuré par la différence (ou spread) entre les rendements des
obligations d'État

En tant qu'institution mandatée et axée sur des objectifs, la BCE prendra ses futures décisions de politique monétaire en fonction de ce qui est nécessaire pour garantir la stabilité des prix en toutes circonstances.

Philip R. Lane,
membre du directoire de la BCE, 1er mai 2020

Performance anticipée à 12 mois contre spread

Source: Bloomberg 

Bloomberg Barclays Pan-European High Yield (Euro) TR Index Value Unhedged EUR

Les données de valorisation historiques indiquent une performance positive à long terme pour le haut rendement après une période de hausse des spreads

La plupart des performances négatives ont été enregistrées pendant la crise de 2000-2001 et la crise financière, lorsque les bilans des entreprises étaient beaucoup plus fragiles

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs

Les précédentes hausses des spreads des obligations à haut
rendement ont fait apparaître une opportunité d'investissement 

Soutien à court terme, mais défis à plus long terme

TITRES OBLIGATAIRES


RÉSUMÉ EN 5 POINTS DE CET ARTICLE


1

L'évolution des conditions pourrait entraîner une hausse des primes de terme

L'intervention des pouvoirs publics favorisera la liquidité


Les valorisations actuelles rendent le haut rendement en euros attrayant

Les émissions de titres de créance des marchés émergents libellés en devises fortes semblent sous-évaluées

Les banques centrales assument une lourde responsabilité dans la gestion des attentes

2

3

4

5

Bien que la situation économique demeure fragile, les marchés obligataires ont été soutenus par les politiques des banques centrales et les mesures de relance des pouvoirs publics. L'environnement devrait présenter des opportunités, mais il restera difficile pour les investisseurs.


TITRES OBLIGATAIRES

02

L'évolution des conditions pourrait entraîner une hausse des primes de terme

1

Les investisseurs obligataires sont généralement rémunérés pour la prise de risque liée à la détention d'obligations à échéance plus lointaine sous la forme de primes de terme. Cela reflète le fait que l'inflation influe sur la valeur réelle des flux de trésorerie futurs et que l'attrait relatif de ces flux de trésorerie dépend des futurs taux d'intérêt. Les primes de terme sont généralement plus élevées lorsque la situation future en termes d'emploi et d'inflation est incertaine. Mais actuellement, les investisseurs ne sont pas rémunérés pour la détention d'obligations à échéance plus longue, les primes de terme se situant à des niveaux historiquement bas.

Les investisseurs soucieux de se protéger contre la hausse de l'inflation peuvent investir dans des obligations indexées sur l'inflation, appelées « linkers ». Ces titres sont principalement émis par des États souverains et sont indexés sur l'inflation, de sorte que les remboursements du capital et des intérêts varient à la hausse comme à la baisse en fonction du taux d'inflation.

Avec la chute des attentes en matière d'inflation, les linkers ont de plus en plus sous-performé les obligations d'État non indexées sur l'inflation. L'ampleur de cette sous-performance reflète l'opinion selon laquelle une hausse significative de l'inflation est peu probable.

Nous pensons que les attentes en matière d'inflation sont trop faibles et que l'inflation devrait augmenter de façon modérée pour atteindre un niveau acceptable. La hausse des attentes en matière d'inflation entraînera un retour des primes de terme, reflétant le risque supplémentaire assumé par les investisseurs détenant des obligations à long terme et l'augmentation de la performance relative des obligations indexées sur l'inflation.

L'intervention des pouvoirs publics favorisera la liquidité

2

Les obligations d'entreprises ont tendance à offrir des rendements plus élevés que les obligations d'État car elles sont généralement plus risquées. Les entreprises qui les émettent sont susceptibles de faire faillite et de ne pas rembourser leurs dettes. La liquidité est un autre aspect qui préoccupe les investisseurs obligataires depuis quelques années, beaucoup s'inquiétant de savoir s'ils pourront acheter et vendre leurs titres si les conditions de marché se dégradent.

Durant la crise actuelle, le manque de liquidité et les spreads ont atteint des niveaux inégalés depuis la crise financière mondiale, ce qui laisse entrevoir un taux de défaut similaire à celui observé à l’époque.

Toutefois, les banques centrales sont intervenues pour rassurer les marchés, et leurs programmes d'achat d'actifs ont réduit le risque de défaut et amélioré les conditions de liquidité. Les dernières émissions d'obligations d'entreprises ont été bien accueillies par les investisseurs, ce qui laisse penser que le crédit reste attrayant.

Nous pensons que les entreprises européennes continueront de bénéficier des mesures de soutien de la Banque centrale européenne. Celles-ci prévoient notamment le report du versement des dividendes et l'assouplissement des exigences de fonds propres pour le secteur financier. Ces mesures devraient également profiter aux sociétés non financières en leur facilitant l’octroi de prêts.

Les valorisations actuelles rendent le haut rendement en euros attrayant

3

Les spreads des obligations à haut rendement se sont considérablement creusés depuis le début de la pandémie de coronavirus, les investisseurs ayant réorienté leurs portefeuilles pour passer des actifs à haut risque à des actifs plus sûrs. Les agences de notation ont également rétrogradé de nombreuses entreprises, ce qui a porté préjudice à l'ensemble des emprunteurs, et aux plus faibles en particulier.

Toutefois, les faiblesses du marché des titres à haut rendement sont susceptibles d'être en partie compensées par les mesures de soutien des autorités et des banques centrales. Bien que les perspectives économiques restent incertaines, les niveaux de valorisation actuels indiquent que cette période pourrait constituer un point d'entrée intéressant pour les investisseurs en quête de titres sélectifs à haut rendement.

Le haut rendement offre notamment la possibilité d'investir dans une optique durable. Un certain nombre de fonds cherchent à améliorer leurs performances d'investissement en identifiant les émetteurs dont les pratiques sociales et environnementales tendent à s'améliorer. Ils estiment qu'une amélioration de ces facteurs renforcera les fondamentaux du crédit.

Certains fonds visent à accélérer la tendance à l'amélioration sociale et environnementale en s'engageant auprès de leurs émetteurs pour promouvoir un changement positif conforme à des cadres mesurables, comme les Objectifs de développement durable des Nations Unies.

Les émissions de titres de créance des marchés émergents libellés en devises fortes semblent sous-évaluées

4

Au regard de plusieurs indicateurs de valeur, la dette souveraine des marchés émergents libellée en devises fortes semble attrayante. Les spreads se sont creusés pour atteindre des niveaux extrêmes, impliquant un taux de défaut cumulé que nous estimons beaucoup trop élevé. L'effet conjugué de la baisse des prix du pétrole et de la vigueur du dollar US devrait faiblir dans le courant de l'année, ce qui renforcera les performances.

Ce marché diversifié continue de s'étendre et les indices de référence comptent aujourd'hui 74 pays contre 27 en 2000. Cette diversification contribue à réduire le risque pour les investisseurs, et un nombre croissant de fonds spécialisés offrent une exposition à ces marchés.

En cette période de faiblesse record des rendements obligataires sur les marchés développés, nous pensons que la dette des marchés émergents peut offrir des performances plus attrayantes que les autres actifs obligataires à moyen et long terme. Les fonds qui intègrent les facteurs ESG dans leurs décisions d'investissement devraient selon nous enregistrer les meilleures performances, notamment s'ils veillent à ce que des normes de gouvernance élevées soient appliquées dans les pays dans lesquels ils investissent.

Les banques centrales assument une lourde responsabilité dans la gestion des attentes

5

En tant qu'institution mandatée et axée sur des objectifs, la BCE prendra ses futures décisions de politique monétaire en fonction de ce qui est nécessaire pour garantir la stabilité des prix en toutes circonstances

Philip R. Lane, membre du directoire de la BCE, 1er mai 2020

Les banques centrales du monde entier sont intervenues pour soutenir les mesures prises par les pouvoirs publics afin de stimuler leurs économies dans le sillage du confinement lié au Covid-19. Parallèlement à la baisse des taux d'intérêt, elles ont accru leurs programmes d'achat d'actifs pour soutenir le fonctionnement efficace des marchés financiers. Cette intervention a été plus rapide et plus importante que lors de la crise financière.

Bien que nous n'anticipions pas une telle décision à court terme, il est important d'examiner ce qui se passera lorsque les banques centrales réduiront leur soutien. De toute évidence, les rendements obligataires augmenteront avec le recul de la demande, et la volatilité se renforcera. En Europe, les obligations d'État émises par les pays qui ont le plus bénéficié des mesures de soutien seront les plus menacées, à savoir les pays périphériques et l'Allemagne.

Lorsque les banques centrales décideront que le moment est venu de mettre un terme à leurs programmes d'achat d'actifs, elles devront communiquer clairement leurs intentions pour éviter de perturber les marchés. Les courbes de taux devraient s'aplatir, les obligations à court terme sous-performant lorsque la conjoncture économique finira par s'améliorer et que les taux d'intérêt commenceront à augmenter progressivement.

Source : Réserve fédérale de New York

Les investisseurs ne sont pas rémunérés pour la prise de risque liée aux futures
politiques des banques centrales, aux chocs inflationnistes et aux chocs de croissance

Source: Quintet, Bloomberg

Au cours des trois derniers mois, la liquidité a représenté une part singulièrement élevée du risque lié aux obligations Investment Grade, mesuré par la différence (ou spread) entre les rendements des obligations d'État

Source: Bloomberg 

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs

Les précédentes hausses des spreads des
obligations à haut rendement ont fait
apparaître une opportunité d'investissement 

Source: Bloomberg

Les spreads de crédit reflètent l'évaluation par le marché du risque de crédit des obligations

Les spreads de la dette souveraine des pays émergents impliquent un taux de
défaut trop élevé compte tenu de notre scénario de référence

Pour une vie plus enrichissante, selon le sens que vous lui donnez.

Le présent document a été préparé par Quintet Private Bank (Europe) S.A. Les déclarations et opinions exprimées dans ce document (fondées sur des informations provenant de sources jugées fiables) sont celles de Quintet Private Bank (Europe) à la date de rédaction (20 Juin 2020) et sont susceptibles d'être modifiées. Ce document est de nature générale et ne doit en aucun cas être assimilé à un conseil en investissement, d'ordre juridique, fiscal ou comptable. Aucun conseil d'investissement personnalisé n'est fourni dans ce document et les décisions d'investissement ne doivent en aucun cas se fonder sur les seules informations et données qui y figurent. Il est rappelé aux investisseurs que les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs et que la valeur des investissements peut évoluer à la hausse comme à la baisse. La valeur des investissements sous-jacents peut également évoluer à la hausse comme à la baisse en raison des fluctuations de change.

Copyright © Quintet Private Bank (Europe) S.A. 2020. Tous droits réservés. Privacy Statement


Nous contacter

Lorem ipsum dolor sit amet....
S'il vous plaît entrez votre nom
S'il vous plaît entrer une adresse e-mail correcte
Merci de saisir un commentaire
Je vous remercie! Votre commentaire a été envoyé!
Quelque chose a mal tourné tout en soumettant la forme. Réessayer.

Partagez cette page

Ou suivez-nous sur nos socials

Chercher

Rechercher un mot ou une phrase
Longueur minimale à la recherche est de 3 caractères

Télécharger le PDF

Cette publication est disponible en format PDF imprimable. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour lancer le téléchargement, cela peut prendre quelques secondes. Notez que les éléments interactifs comme des vidéos et des diaporamas sont manquants dans la version imprimée.
Télécharger seul article PDF
Télécharger le PDF complet

Une autre vision du monde

Nous espérons que vous apprécierez cette nouvelle version de Counterpoint. Outre le fait de proposer une expérience plus interactive, nous estimons que cette version digitale réduit nos émissions de dioxyde de carbone de 8 tonnes.
Plein écran

Une autre vision du monde

Nous espérons que vous apprécierez cette nouvelle version de Counterpoint. Outre le fait de proposer une expérience plus interactive, nous estimons que cette version digitale réduit nos émissions de dioxyde de carbone de 8 tonnes.

Récemment ajouté

Ce site web utilise des cookies

Nous utilisons des cookies fonctionnels et analytiques pour améliorer notre site Web. De plus, des tiers placent des cookies de suivi pour afficher des publicités personnalisées sur les réseaux sociaux. En cliquant sur Accepter, vous consentez au placement de ces cookies.